Historique

Les débuts de l’industrie cimentière au Luxembourg remontent à 1894, quand la société Brasseur, Lambert et Cie érigea une cimenterie à Rumelange pour y produire du ciment à base de laitier de haut fourneau.Cette première entreprise fusionna en 1897 avec la Compagnie Générale des Ciments nouvellement créée et entreprit la construction d’un deuxième atelier de broyage de ciment de laitier à Dommeldange.Sur l'initiative de l'ARBED, la société des Ciments d’Esch vit le jour en 1912. Elle fut la première dans le pays à se lancer dans la fabrication de ciments Portland et Portland de fer. Ses installations furent implantées à proximité de l’usine d’Arbed-Schifflange.C’est en 1920 que la fusion des Ciments d’Esch avec la Compagnie Générale des Ciments donna naissance à la S.A. des Ciments Luxembourgeois. Croissant à l’ombre d’une puissante industrie sidérurgique, par laquelle elle fut approvisionnée en laitier granulé, l’usine se spécialisa dans la fabrication de ciments métallurgiques et de briques de laitier.Equipée au départ de deux fours à clinker produisant 150 tonnes par jour et de deux petits broyeurs à ciment, elle disposa d’une capacité de production annuelle de quelque 50.000 tonnes de ciment. Dès le début la commercialisation du ciment fut assurée par Matériaux S.A., comptoir de vente et filiale de la S.A. des Ciments Luxembourgeois.Au fil des années l’accroissement constant de la consommation de ciment incita la S.A. des Ciments Luxembourgeois à agrandir et à perfectionner progressivement ses installations, au moyen de vastes programmes de rééquipements et de travaux neufs nécessitant d’importants investissements.Parallèlement des efforts de consolidation de sa position sur le marché captif régional ont abouti au rachat d’une cimenterie en Sarre (Zementwerk Saar) ainsi qu’à des prises de participations sur le plan interrégional dans des centrales à béton et à mortier prêt à l’emploi et dans des usines de fabrication de produits en béton.Aujourd’hui, l’alimentation en clinker de l'usine d'Esch est assurée par chemin de fer à partir d’une usine de production de clinker dotée d’une capacité installée de 1.000.000 de tonnes, .Cette usine, qui fonctionnait sous le nom de INTERMOSELLE S.à.r.l, a été intégrée dans Ciments Luxembourgeois S.A. au 1 er janvier 2005 . L’atelier de broyage proprement dit dispose de deux broyeurs performants qui lui confèrent une capacité de production de quelque 850.000 tonnes de ciment par an.Depuis 1994, suite au désinvestissement d'ARBED en vue de l’arrêt définitif de la filière fonte au Luxembourg, l’actionnaire principal détenant aujourd’hui 98 % du capital de CIMALUX, est le cimentier allemand DYCKERHOFF, qui est actif sur les marchés allemand (deuxième producteur), d’Europe de l’Est et des Etats-Unis. DYCKERHOFF appartient au groupe cimentier italien BUZZI-UNICEM.En 2007, Ciments Luxembourgeois a fusionné avec son comptoir de vente MATERIAUX S.A. pour former une nouvelle société sous le nom de CIMALUX.

En 2010, Cimalux a mis en service un nouveau broyeur à ciment du type broyeur vertical, énergétiquement très performant.