Matières et combustibles de substitution

La production de ciment suivant le principe d’un développement durable comprend aussi - et cela principalement dans la fabrication de clinker - D’utiliser des matières premières de substitution en remplacement du calcaire, des marnes et d’autres matières premières minérales naturelles et des combustibles de substitution à la place de combustibles fossiles.

Les matières premières de substitution sont des sous-produits ou déchets qui sont produites industriellement ou qui, comme c’est le cas de cendres, sont des résidus de la combustion.

Cimalux essaie d’augmenter l’utilisation de matériaux comme des scories, des cendres, des boues industrielles qui remplacent du calcaire et des marnes et qui peuvent contribuer à réduire les émissions de CO2. Mais avant d’utiliser un tel produit, la compatibilité de son utilisation avec l’environnement est évaluée.

Pour l’utilisation de combustibles, Cimalux tente d’augmenter la part des combustibles de substitution, et procède à ces fins à d’importantes investitions.

Des copeaux de pneus et de caoutchouc couvrent depuis des années déjà plus d’un quart des besoins énergétiques du four.

Des combustibles avec une forte teneur en masse biogène – qui est considérée comme ne pas émettant de CO2 - sont préférés. Les boues d’épurations séchés ainsi que le Fluff – un mélange de matières plastiques de bois et de papier provenant de la séparation de déchets ménagers – comptent parmi ces combustibles.

Des solvants organiques sont également thermiquement valorisés comme combustibles dans une installation spécialement aménagée à ces fins à l'usine de Rumelange.